J.P. COGNIER - R. TERRIER

LUTHIERS

Accueil

Curriculum vitæ

Plan d'accès

Achat  

Vente

Boutique en ligne

Fabrication

Entretien

Réparation

Restauration

Accessoires

Documentation

Expertise

Mon violon ?

Galerie photos

Contact

 

 

 

 

 

 

Accueil >

    www.luthiers-mirecourt.com

                                                     

 

 

Ouvert du mardi au samedi de 9 heures à midi et de 14 heures à 18 heures.

Fermé le lundi sauf sur rendez-vous.

 

L'atelier sera fermé pour ses congés annuels du samedi 2 août au soir au lundi 25 août inclus.

 

      MIRECOURT.

Petite ville de l’Est de la France, au sud de Nancy, Mirecourt est certainement une des capitales mondiales de la lutherie.

Dotée d’un riche passé artisanal (poterie d’étain, tannerie, teinturerie), cette cité, bailliage du duché de Lorraine et lieu de séjour des ducs de Lorraine, se tourne dès le début du 17e siècle vers la facture instrumentale. La légende veut qu’un dénommé Tyversius, luthier des ducs de Lorraine formé en Italie ait enseigné son art à des Mirecurtiens. (Dictionnaire des luthiers d'Albert Jacquot)

Plus sérieusement, on peut penser que la lutherie est arrivée à Mirecourt par Lyon. Le célèbre portrait de Gaspard Tieffenbrucker ou Duiffoprouggar fut gravé en 1562 par Woeiriot, artiste lorrain qui passa sa vie entre Lyon et sa région natale.

Si on trouve antérieurement « Barbelin le violon » qui pouvait être seulement un joueur d’instrument, c’est à l’aube du 17e siècle que sont cités les premiers «façonneurs de violons », et en 1629 qu’est signé le plus ancien contrat d’apprentissage retrouvé à ce jour, où le jeune « apprentif » devait apprendre la construction et le jeu des instruments de musique.

En 1673, Mirecourt compte quatre familles dans la facture instrumentale et exporte déjà sa production. En 1698, la cour de Lorraine passe une commande, mais il faudra attendre 1732 pour que la charte des luthiers de Mirecourt et Mattaincourt soit octroyée, instituant ainsi une corporation des maîtres luthiers faiseurs de violons. Citons son article 4 montrant les exigences de l’époque : « Que le maître dudit corps aura droit de visiter avec les deux échevins les ouvrages faits par toutes sortes de personnes qui se feront ou distribueront en la ville de Mirecourt et dans le lieu de Mattaincourt et de les saisir au cas qu’ils seraient trouvés n’être pas bien faits avec condamnation d’une amende d’un franc chacune pièce défectueuse outre la suppression d’icelle. »

Mirecourt exporte ses produits et sa main d’œuvre dans le monde entier y compris l’Italie. C'est le lieu de formation incontesté de nombreuses générations de luthiers, et la capitale mondiale de l'archèterie. On y fabrique aussi des orgues, des serinettes, des instruments à vent tournés, puis des harmoniums et même des pianos à la fin du XIXe siècle.

Avec un record de plus de 600 luthiers en 1926, travaillant en petits ateliers, mais aussi dans des grosses sociétés comme LABERTE, THIBOUVILLE ou COUESNON, Mirecourt supporte mal la crise musicale des années 30 et l’effectif fond pour descendre en dessous de 100 salariés en 1954. La création de l’École Nationale de Lutherie en 1970 arrête la chute, et la ville reprend confiance dans son artisanat le plus réputé. De nouveaux ateliers s’implantent, et l’on peut de nouveau aujourd’hui trouver des fabricants de violons, d’archets, mais aussi de guitares, de mandolines et d’instruments traditionnels. On peut aussi facilement réaliser l'achat d'un violon ou un violoncelle ancien comme neuf.

Le temps a presque effacé aujourd'hui le souvenir des pires instruments moulés réalisés dans les fabriques à une époque décadente de très courte durée au regard des quatre siècles de lutherie, pour ne laisser au label "Mirecourt" que la réputation d'instruments de qualité aux prix raisonnables.

NOTRE ATELIER.

Position de l'atelier Cognier-Terrier par rapport aux halles.Situé dans un cadre ancien authentique et inimitable, il se situe en plein centre de la ville, à l'ombre des anciennes halles (classées Monument Historique). Vous y serez accueillis chaleureusement.

Nous y effectuons la fabrication, l'entretien, la réparation, la restauration et les réglages des instruments du quatuor, mais aussi l'achat et la vente de violons, altos, violoncelles et contrebasses, de toute catégorie. Nous pouvons fournir depuis l'instrument d'étude (enfant ou adulte) jusqu'à la qualité professionnel (violon de maître) destiné à être joués, mais aussi dans le but de faire un placement sans risque. Nous déterminons si vous le désirez l'origine de votre instrument, et fournissons des attestations de valeur pour les assurances.

Si vous souhaitez nous rencontrer, vous pouvez vous assurer de l'ouverture de l'atelier par un simple appel téléphonique. Dans le cas d'un entretien à effectuer de suite, ou du reméchage d'un archet, il est toutefois conseillé de prendre un rendez-vous.

Pendant la durée de l'entretien ou de la réparation de votre instrument, les activités ne manquent pas dans la région, et à Mirecourt en particulier.

Musée de la lutherie, Mirecourt   Musée de la lutherie, Mirecourt

Vous pourrez, en touristes visiter le musée de la lutherie situé en bordure de la rivière, la maison de la musique mécanique située juste en face de l'atelier,  découvrant ainsi deux facettes de l’artisanat local. Vous pouvez aussi vous connecter sur le site de la ville afin de préparer votre venue en consultant le programme du cinéma ou des spectacles, et bien sûr sur celui de l'office du tourisme, de plus en plus performant.

Un circuit pédestre, le sentier des luthiers, permet de découvrir les maisons qui ont abrité des artisans de la facture instrumentale. En effet, Mirecourt n'a pas excellé que dans les instruments à cordes, mais aussi dans la facture d'orgues. Un autre circuit de 3 heures 15 traverse la campagne. Le sentier des écoliers, longeant la rivière, demande 2 heures 30 aux petits mollets.

Un sentier de grande randonnée, le GR 507, traverse Mirecourt, reliant le GR 5F (Charmes), au GR 7 (près de Vittel).

Certains clients profitent de leur venue dans les Vosges pour trouver un gîte, allonger leur séjour et élargir leur circuit touristique, parfois vers les hauts de Vosges et même l'Alsace.

Vous trouverez tous les renseignements à l’office du tourisme.

Documentation complémentaire sur la ville :

"Mirecourt" dans le catalogue Laberte-Humbert de 1912.

"Mirecourt" dans le catalogue Couesnon de 1934.

"Histoire de la lutherie à Mirecourt" dans l'avant propos de l'ouvrage de Jacquot.

"Conférence sur les marques de fabriques", Roland Terrier, Colmar 1992.

"Comment la musique vient aux instruments" Lothaire Mabru 1998, réédité en 2005.

Luthiers-mirecourt.com, c'est aujourd'hui aussi une boutique en ligne d'accessoires et cordes.

 

     Tel : 03 29 37 31 38.      

     Fax : 03 29 37 02 84.      

terrier.roland@wanadoo.fr

                                                                                                   Retour début de page.

Dernière mise à jour le 1er août 2014.

 

Derniers instruments proposés à la vente :

 

- Violon Gand & Bernardel frères n° 1184 de 1885. 357 mm.

- Violoncelle fait par Paul Kaul à Nantes en 1911 sous le numéro 10.

- Violon fait par Nicolas Denizot à Tours vers 1850, 360 mm.

- Violon Claude Auguste Chevrier à Beauvais de 1894. 357 mm.

- Violon Louis Fricot fait à Mirecourt en 1929 n° AB20, commercialisé par Thibouville. 354 mm.

- Violon Marc Laberte "copie exacte de mon Guarnérius Del Gésus" 1741, n° 179 de 1925. 354 mm

- Nouveau choix de contrebasses.

 

Derniers documents numérisés :

Des écrits peu connus de Lucien Schmitt : Le fascicule "le rabot pour la plume" de 1934, suivi de "la vie merveilleuse de Stradivarius" et enfin "conseils aux violonistes" de 1938, qui montrent tous deux les talents pamphletistes et littéraires de l'auteur. Comme bonus, nous vous livrons la retranscription de feuillets tapés à la machine intitulés "Bousique" et "Violonorama" de 1971 et 1972 dont nous conseillons la lecture. Grand merci à Elisabeth Raux qui nous a scanné cette documentation.

 

L'ouvrage de  Henri Poidras, Dictionnaire des luthiers anciens et modernes critique et documentaire. Rouen 1924.

 

Dernières pages réalisées :

 

Toujours plus d'arbres généalogiques, en particulier la généalogie de la famille Pillement, de la famille Lotte et celle de la famille Chambry, apparentée aux Peccatte et Vuillaume.

Voir également celle des familles Remy-Zoegger-Darte et Vuillaume.

 

 

Depuis sa mise en ligne le premier août 2007, ce site a reçu plus de 1 010 271 visites. Vous êtes toujours nombreux à utiliser journellement notre documentation.

 

Vous êtes tous remerciés de votre confiance !

 

                                                                                                   Retour début de page.

Référencement